« No Condition is Permanent »

Emeka Ogboh

« No Condition is Permanent »

Exposition personnelle d’Emeka Ogboh, commissariat de Ugochukwu-Smoot C. Nzewi

Du 13 Septembre au 24 Novembre 2018

Vernissage le 13 Septembre à 17h30 en présence de l’artiste

La galerie Imane Fares est heureuse de présenter la première exposition personnelle d’Emeka Ogboh à Paris, conçue par le commissaire d’exposition nigérian Ugochukwu-Smooth Nzewi. La pratique d’Emeka Ogboh, l’un des artistes conceptuels les plus novateurs aujourd’hui, incorpore de multiples techniques, avec comme médium principal le son. L’exposition intitulée No Condition is Permanent, d’après une expression populaire nigériane qui renvoie à la nature transitoire de la condition humaine, rassemble des oeuvres plus ou moins récentes, qui sont toutes inspirées par la ville de Lagos. Constituant le point névralgique économique et le centre culturel du Nigéria, cette ville est une mégalopole dynamique connue pour son énergie métropolitaine et sa modernité déterminée par le commerce. No Condition is Permanent affirme aussi l’esprit infatigable de Lagos, une ville qui compte plus de vingt millions d’habitants.

Depuis dix ans, Emeka Ogboh explore de fond en comble cette mégalopole, qui subit les affres des changements structurels et du développement socioéconomique. À travers les sons qui imprègnent l’espace public et qui agissent comme une interface pour aborder des expériences quotidiennes collectives et subjectives, Emeka Ogboh supplante la primauté de la vue comme moyen de découvrir et de comprendre Lagos. Son travail fait appel à une expérience immersive phénoménologique, qui donne au spectateur la possibilité d’expérimenter Lagos de manière auditive par le pouvoir de son imagination, sans y être physiquement présent. En parallèle de ses expérimentations sonores, l’artiste aborde le kaléidoscope chaotique de Lagos à travers divers média. No Condition is Permanent rassemble ainsi des enregistrements de sons ambiants, des portraits sonores, des vitraux montés sur des caissons lumineux, ainsi que des installations photo et vidéo, tous tirés de son projet Lagos Soundscapes. L’exposition présente également le premier disque d’Emeka Ogboh, inspiré des paysages sonores de Lagos et influencé par la musique électronique de la scène berlinoise, où l’artiste réside actuellement.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial